Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog d'AZIMUT ENDURO

enduro : saison 2013

Enduro 6 : Thiberville

30 Juillet 2013 , Rédigé par Azimut Enduro Publié dans #ENDURO : Saison 2013

Pour cet avant-dernier enduro de la saison, Thiberville nous accueille avec beaucoup de sérieux comme d’habitude. Du côté d’Azimut, j’ai fait la route avec André qui, malgré une grosse douleur à la main, a décidé de faire le déplacement. De leur côté, Mathilde, Hugues et Timothé ont amené un copain qui ne va pas tarder à nous rejoindre entre les banderoles. Ces quatre-là ont loué un gîte tandis qu’avec André, nous avons choisi l’hôtel Acropole de Bernay. Quand Jean-François et Olivier ne sont pas là, l’organisation laisse un peu à désirer et l’ensemble manque un peu de cohésion… Quoiqu’il en soit, nous sommes quand même cinq à représenter le club !

Les contrôles sont une formalité, agrémentée d’un orage violent qui oblige les bénévoles à rentrer précipitamment ; du coup, on ne repère pas les spéciales. De toute façon, la météo a été exécrable sur la région et nous sommes partis tard de Valenciennes ; il pleut et André a mal à la main. Nous avons donc plein de bonnes raisons d’aller rapidement à l’hôtel…

Petit restaurant, courte nuit et nous voici prêts à partir ; il y a cinq heures de course réparties en deux CH à parcourir deux fois (150 kilomètres). C’est cool, il fait beau. Bien sûr, il faudra un peu de temps pour que cela sèche mais les conditions devraient être optimales.

 

Le premier CH (dut=rée 1h26') est tranquille avec quelques passages sympathiques. Je retiens des traversées sous des petits ponts où en marchant à côté de la moto, j’ai du mal à ne pas balafrer le haut du casque mais aussi une pâture avec quelques grimpettes où pas mal de motos sont en vrac ; c’est vrai que l’herbe est encore humide mais cela passe normalement sans problème. En slalomant entre deux motos couchées, je me couche et dévale la pente en roulades non contrôlées. La deuxième tentative est la bonne.

La première spéciale arrive assez vite. C’est une longue ligne (je signe 8’38" puis 8’21" - Hugues est en 7'38" puis en 7'03" ) que je n’apprécie pas trop car assez dangereuse. Le départ est sympa avec des montées et descentes en sous-bois mais un long chemin large et rapide suit ; on prend beaucoup de vitesse et il faut « débrancher » surtout que la visibilité n’est pas géniale ; je n’y arrive pas !

Je rejoins au CH Mathilde, Hugues, Timothé et leur copain qui roulent décidément très vite dans les chemins ; en fait, je dois commencer vraiment à me traîner !

 

Le deuxième CH dure 59’. Il contient une montée en pierres qui zigzague dans un sous-bois ; j’y ai vu quelques motos en vrac !

La spéciale en herbe est superbe. J’ai l’occasion d’y rattraper Mathilde qui s’est un peu bloquée dans le petit chemin encaissé de séparation des deux pâtures adjacentes ; il me faut quelques virages pour me retrouver dans sa roue et de nombreux autres pour trouver l’ouverture. Au deuxième tour, quelques banderoles sont tombées et je coupe bien involontairement une partie de la spéciale ; confus, je me retrouve, au moment de mon passage, avec le second temps !

A l’arrivée, j’hésite à me « dénoncer » mais l’on m’en dissuade (même les vieux Olivier et Jean-Yves du club concurrent !). Je ne suis pas le seul à qui est arrivée la même mésaventure sur cette spéciale ! En analysant les résultats (j’ai dû gagner une trentaine de secondes, soit cinq places au scratch et une en Flandres...), cela ne change pas grand-chose ! Quoiqu’il en soit, je suis désolé et présente mes excuses à ceux que ça ennuie. Mea culpa donc, en particulier à Frédéric du RTT qui aurait terminé juste devant moi sans mon erreur…

Les résultats…

Vincent

Les classements des Ligues 1, 2 et 3

Enduro 6 : Thiberville
Lire la suite

Enduro 3 : Buzancy

21 Mai 2013 , Rédigé par Azimut Enduro Publié dans #ENDURO : Saison 2013

Pour ce troisième enduro de la saison, organisé par le Motoclub de Arden' Moto Passion, l’équipe Azimut est une fois encore bien représentée avec six pilotes puisque Mathilde, Hugues, Christophe, Jeff et André m’accompagnent. La situation d’André est particulière puisqu’il est aussi inscrit sur le championnat de Belgique. En l’occurrence, cela lui donne l’occasion de partir avec un petit numéro. de notre côté, nous avons les numéros 358 à 362.

Toujours est-il que nous passons les CA et CT relativement facilement aux alentours de 16h00. Le parc-coureur, situé à côté du terrain de football de La Samaritaine,  est particulièrement fourni avec pas loin de 600 pilotes ! Un podium et une organisation rodée agrémentent notre accueil. Bien sûr, il y a toujours Le commissaire pointilleux qui pinaille sur une poignée un peu arrachée ou une dorsale recousue mais personne n’est définitivement recalé !

De temps en temps quelques gouttes s’invitent à la fête mais nous n’y prêtons guère attention.

Le repérage de la spéciale (une extrême) se fait assez rapidement. Elle commence par la bascule  vue à Rocroi en 2011 ou 2012 ; bien sûr, il y a aussi quelques passages de troncs, de conduites en béton ou de pierriers mais de beaux virages, deux petits sauts et une tranchée à franchir pour finir (avec une échappatoire éventuelle) rendent cette spéciale très intéressante.

La spéciale 2 est probablement l’une des plus belles prairies qui a été vue sur le championnat des Flandres depuis longtemps. Chapeau aux traceurs du Motoclub Arden'Moto Passion ! Il s’agit d’un flanc de colline en pâture immense avec des longues descentes et les remontées qui vont avec ; certaines ont des cassures que l’on pourra sauter en descente mais qu’il faudra négocier avec prudence en montée. On finit sur un gros dévers. Bien décidé à regarder la coupe à moitié pleine, je n’imagine même pas qu’il pourrait pleuvoir et je reste admirateur devant le boulot réalisé pour tracer une telle spéciale…

La spéciale 3 est plus petite mais sympathique car plus étroite ; on zigzague parfois entre les arbres. De nombreux virages à plat permettront d’apprécier l’adhérence. Si je crains de manquer de puissance avec la 250 pour la SP2, je pense que celle-ci devrait être intéressante pour mon petit 4T.

 

On arrive à l’hôtel de Buzancy, juste à côté du parc-coureurs. Le client devant nous se fait refouler ; aucune réservation à son nom. Pour nous quatre, c’est tout bon. Jeff s’est occupé des réservations et nous avons une magnifique chambre de quatre et je vais avoir l’immense honneur de partager une fois de plus, le lit d’André ! Mes amis Jeff et Christophe manquent étrangement de générosité quand il s’agit de céder leur lit individuel ! Heureusement, André n’a pas été traumatisé par le repérage des spéciales et ne bougera pas trop ; il vaut mieux, le lit doit faire 1,20 m !

Impossible de dîner à l’hôtel, il y a eu trop de monde ce midi… On fait donc une quinzaine de kilomètre afin de trouver un restaurant ; la patronne semble bien étonnée que l’on téléphone pour réserver. Nous serons six dans le restaurant, dont quatre azimutiens.

Ce dimanche matin, c’est très humide. Il a plus une bonne partie de la nuit. Les Ardennes sous la pluie, beaucoup d’entre nous connaissent… On sait d’ores et déjà que la course ne se jouera pas en spéciales… Alors que nous attendons le départ, un pilote de ligue 1 revient déjà ; il abandonne car ne se voit pas faire trois tours ; trop dur ! Nous partons enfin à 9h59 pour le CH1 qui dure 1h19 pour 32 kilomètres. Très vite nous pédalons dans des chemins, dont l’ornière unique nous interdit de nous mettre debout. Hugues m’avoue être tombé quatre fois au second tour en essayant de se lever… Je ne sais pas si ça doit me rassurer ! Nous arrivons quand même avec une dizaine de minutes d’avance au CH1 afin de ravitailler.

 

CH2 27 kms.

11h18 nous reprenons la moto pour ce qui va être un long bourbier au milieu duquel serpente une montée vraiment creusée. De nombreux pilotes y sont bloqués et on y tente des passages à droite, à gauche. Je reste coincé un moment car la katé refuse de redémarrer ; cela fait un moment qu’elle pète de grands coups à mi-régime. J’ai la trouille que ce soit (encore) le moteur mais je pense à la bougie. Quoiqu’il en soit, à force d’attendre en bas, la grimpette s’est libérée et avec de l’élan, je l’essuie en une fois, en pédalant certes mais sans me bloquer !

Je pointe à 11h59 et prend 8 minutes de pénalité. Je passe même le drapeau moteur tournant mais le commissaire est particulièrement tolérant. Je le remercie de ne pas me mettre de pions !

Le CH3 (28 kilomètres) n’est pas facile mais il est assez large en temps. On a le choix entre une coupe « hard » et un passage plus long « soft ». J’opte pour cette dernière solution dans laquelle certains pilotes sont bloqués. Hugues, devant moi, passe par le « hard » et galère. Nous arrivons avec quelques minutes d’avance au CH3.

Je choisis de démonter ma bougie et de la nettoyer ; fatigué, je perds toute lucidité et oublie de remettre mon anti-parasite. J’y laisse quatre minutes ! Ca tombe bien, Hugues et Christophe ont pris respectivement douze et quatorze minutes ; nous allons rouler le second tour ensemble. Avec Christophe, nous nous fixons comme challenge de terminer ; nous roulons souvent ensemble mais c’est vraiment difficile !

Nous attaquons très vite la spéciale 1 qui n’était pas chronométrée au premier tour.

Hugues signe un joli 3’22, Christophe 4’02 tandis que je fais 3’53.

Mathilde n’est pas repartie, ne prenant aucun plaisir à rouler dans ces conditions tout comme Jeff qui était certain dès le premier CH de ne pas terminer…

La spéciale 2 est vraiment sympa avec une bonne vitesse dans les longues descentes. Au second tour, nous la faisons presque tous sous la pluie et là, le spectacle ressemble étrangement à Holiday on ice…

Nos temps : Hugues 6’33 puis 8’00, Christophe 6’58 puis 7’46, Jean-François 8’07 et Mathilde 14’35 ; je signe 6’50 puis 7’41.

Euh, Mathilde ? Tu as fait la vidange pendant la spéciale ? Même Jeff va plus vite que toi ; il y a un problème !

Les conditions de course se sont durcies mais nous pointons toujours à l’heure au CH1.

 

Bonne nouvelle, le CH2 (et sa « montée délicate ») est amputé de ses bourbiers et nous nous retrouvons très vite à attendre dans le froid que l’horloge veuille bien afficher notre heure. Laquelle ? C’est simple ! Il suffit d’ajouter le nombre de minutes que t’as perdues et de décaler… Ouaih ! N’empêche que certains se sont trompés…

 

Avant d’arriver à la spéciale, il faut repasser par la montée soft. Christophe s’y fait mal. La spéciale 3 a séché et nous avons récupéré un bon grip. Nous apprécions la qualité du tracé et les zigouigouis entre les arbres pour une durée de plus de cinq minutes.

Nos temps : Hugues 5’12, Christophe blessé réalise 6’18, Jeff 6’45 et Mathilde 8’36 ; fatigué, je termine en 5’30.

Il reste à rentrer et pointer au CH3, super contents d’avoir terminé.

Les résultats des pilotes des Flandres sont donnés ci-dessous. Pour une fois, on peut le dire... Bravo aux pilotes Azimut, aussi forts pour une fois en course qu'au restaurant !

Vincent

Les résultats des pilotes des Flandres

Les résultats des pilotes des Flandres

Lire la suite

Enduro 2 : Condé en Brie

30 Avril 2013 , Rédigé par Azimut Enduro Publié dans #ENDURO : Saison 2013

Le Moto Club de Condé nous a offert un superbe enduro ce week-end aidé il est vrai par une météo clémente. Les différents sites annonçaient une température entre 6 et 15° avec un peu de pluie et ne se sont pas trompés. Juste ce qu'il fallait pour rouler sans poussière.

 

Pour notre club Azimut Enduro, le week-end a été particulièrement fructueux puisque nous avons doublé notre effectif avec deux pilotes supplémentaires et quels pilotes ! Mathilde, tout d'abord, qui nous aura bluffé tout le week-end par la propreté et l'efficacité de son pilotage et Hugues qui, avec un genou en vrac, aura signé le 20ème temps scratch et le deuxième des Flandres derrière l'intouchable Vincent Liénard (RTT).

Ce week-end, j'ai fait la route avec André ; on n'était guère serein puisqu'on avait eu l'un et l'autre des problèmes lors de la dernière course. Toujours est-il qu'en rejoignant Jeff pour les contrôles, on était tous super heureux de se retrouver là !

Les contrôles administratifs se déroulent dans la joie et la bonne humeur mais les problèmes commencent avec les contrôles techniques. C'est OK pour Jeff et moi mais André se fait refouler à cause de son casque (trop vieux !) et se prend la tête avec le commissaire... Je prends donc sa moto (et mon casque) et suis refusé au sonomètre ! Entre temps, Sébastien (frère de Jeff) nous a rejoint. On place quelques chiffons dans le filtre à air et une rondelle percée à six millimètres dans la chicane et ça passe ! Ouf !

On peut enfin aller repérer les spéciales 2 et 3, sachant que la SP1 n'est pas chronométrée au premier tour.

A l'hôtel Hexagone (une bonne adresse !), Mathilde et Hugues nous rejoigne, le temps de faire les présentations devant un verre ; ils n'ont pas eu le temps de repérer les spéciales. Nous passons à table.

Le matin, nous prenons le petit-déjeuner avec nos concurrents du RTT qui commencent, les années passant, à délaisser la tente et à adopter l'Azimut Attitude. Bon moment partagé avec les vieux Jean-Yves, Claude et Olivier, un jeune qui "envoie du lourd", le tout adouci par la délicatesse d'Armelle, bien nécessaire parfois... Jean-Yves nous explique l'intérêt de fesses-book (un nouveau Newlook ?) . "Par exemple tu as un mec qui dis sur ta page que ta moto est pourrie, eh bien tu dois passer plein de temps à supprimer ses messages..." Ah oui, d'accord, ça fait envie !

Bref, nous voici sur la ligne de départ et le commissaire m'indique que je ne peux pas courir avec ce casque car il y a une attache de Go-Pro. Pour information, ce casque est passé deux fois hier au CT avec deux personnes différentes ! On discute et de guerre lasse, il me laisse partir... André, quant à lui, est sommé de chercher un autre casque à quelques minutes du départ ; c'est, en l'occurrence, un peu plus normal..

La course comporte trois tours, chacun contenant trois spéciales incluses dans trois CH.

Nous partons à 10h10 avec Jeff, Hugues et Mathilde une minute derrière.

Le CH1 (1h00) commence très vite par la SP1, non chronométrée au premier tour.

Hugues signe un impressionnant 2'39" et André un remarquable 2'43".

Un single en dévers terminé par un bosquet et quelques chemins rapides plus loin, on attaque Le pierrier de Condé. Il s'agit d'un ruisseau que l'on remonte sur une distance assez longue. Au premier tour, j'adopte un rythme assez lent avec des passages en première, notamment dans les trous d'eau. Je suis traumatisé par mes calages de Neuvy dans les passages arrosés. Bloqué par un concurrent, je dois passer une petite grimpette sans élan et me bloque sérieusement ; heureusement, le concurrent que j'ai aidé m'a attendu et tire ma moto tandis que Jeff la pousse ; je sors de cette difficulté complètement cramé. Au deuxième et troisième tour, je passe beaucoup plus coulé en deuxième et je sors du pierrier moins fatigué. Nous pointons tous avec une dizaine de minutes d'avance...

Le CH2 (30') est super roulant mais varié. Il nous amène très vite à la superbe spéciale en ligne. Cette dernière commence par la descente de la cavée, un passage rapide dans une prairie, trois pierriers bien différents, un passage en sous-bois... Bref, on y rencontre différents terrains propres à l'enduro.

Hugues est à 3'48 ; je suis 36" derrière, André 43" ! La vidéo qui montre nos descentes de la cavée sont édifiantes ; l'un décide, l'autre subit !

Le CH3 (35') est le siège de la spéciale 3. Deux prairies reliées entre elles par un petit passage avec un bon grip. Christophe et Thomas auraient adoré ; tant pis pour eux, ils ont préféré s'éclater ailleurs...

Histoire de sourire... A la sortie de la spéciale, un commissaire me désigne de l'index et m'intime l'ordre de repasser devant le sonomètre. Pas de problème, Ma moto n'a pas été modifiée depuis hier... Une commissaire zélée demande à Mathilde de rentrer les cheveux qui dépassent du chignon sous le casque !

Hugues signe un 1'50 et me met 6 secondes, 10 à André, 14 à Mathilde et 25 à Jeff. Circulez, il n'y a rien à voir...

Des chemins rapides nous ramènent vers le départ. et nous finissons la course vers 16h15.

 

Un super week-end en résumé où l'on a constaté, s'il était besoin, qu'il n'est pas nécessaire d'aller vite pour se faire plaisir mais que ça nous ferait quand même plaisir d'aller un peu plus vite !

Les résultats de l'enduro sont déjà en ligne. Merci FCC-timing.

En ligue des Flandres, voici les résultats :

 

Résultats Ligue 2 3

Vincent SENOCQ

Lire la suite

Enduro 1 : Neuvy sur Loire

26 Mars 2013 , Rédigé par Vincent Publié dans #ENDURO : Saison 2013

  Ce week-end a été l'occasion pour moi de reprendre un peu contact avec l'enduro. Après une saison 2011 vierge pour cause de blessure et une saison 2012 ratée suite à de nombreux problèmes mécaniques, c'est avec beaucoup de plaisir que je retrouve, ici à Neuvy sur Loire, mes potes enduristes.

0Affiche.jpg

Cette annéen nous commençons à quatre avec les incontournables Christophe (Floquet) et Jeff (Blondiaux) auquel s'ajoute un petit nouveau : André Mysliwski que j'ai rencontré l'année dernière sur l'enduro de Rocroi. D'autres azimutiens   viendront à n'en pas douter nous rejoindre au cours de la saison.

Toujours est-il que pour cette épreuve d'ouverture, les grosses sont bien représentées avec une HM 450 CRef (André), une 300 Gas-Gas et une 300 KTM pour Jeff et Christophe ; quant à moi, je ne change une monture qui n'a plus gagné (qui a dit terminé ?) depuis longtemps ; en fait, depuis qu'elle appartenait à son ex-propriétaire. Je repars donc -en croisant les doigts !- avec ma 250 KTM EXCf.

Pour la route, on n'a pas vraiment optimsé les déplacements ! Jeff est parti avec son frère, Christophe est seul (solitaire ?) et je voyage avec André. Nous nous retrouvons tous les cinq pour le déjeuner, juste à côté de Neuvy où nous passons un agréable moment sur une bonne table.

1repas midi

Le village de Neuvy sur Loire où nous arrivons est situé 180 km au sud de Paris entre Orléans et Auxerre. Pas loin, trône la centrale nucléaire de Belleville avec ses deux tours énormes de condensation. Comme le circuit est en forme de trèfle, elles seront le repère inévitable nous annonçant que la délivrance n'est plus loin...

4tours Belleville

Les contrôles administratifs et techniques se déroulent sans problème. Jeff profite de toutes les occasions pour fumer un peu...

22Jeff fume

Comme à chaque début de saison, on a un peu peur pour le bruit mais nous passons avec un niveau étrangement bas (100 pour la KTM 300, 102 pour la KTM 4T, 104 pour la Gas et son nouveau pot d'échappement et 112 dB pour la CreF 450).

21CT

Une originalité réside dans l'absence de parc fermé ; nous devons remettre les motos sur la remorque et les redescendre le lendemain.

21CT3

Les spéciales laissent augurer un sacré chantier demain. La terre est meuble et il pleut de temps à autres. Dans la SP1, on remet les banderoles que le vent déchire...

21CT AM2

On a un peu peur que ce soit très gras et difficile. Nos prédictions vont s'avérer exactes !

21CTAM

Le soir nous dînons dans le gîte réservé par Christophe qui apris le relai d'Olivier actuellement blessé.

21CT VS

C'est excellent et notre week-end moto prend pour l'instant l'allure d'un week-end gastronomique ! C'est déjà ça !

2repas soir

Quelques textos échangés notamment avec les anciens (Le Prezz, Pascal, Gilles, Olivier bien sûr...) nous font sourire. Le dessert n'est pas très diététique mais le chocolat sous forme de médaillons ou sous quelque forme que ce soit, est vraiment bénéfique !

3chocolat

Nous dormons tous les cinq dans trois lits ; Christophe a fait preuve d'autorité pour dormir seul (solitaire ?).

4soir

Jeff et son frère dorment ensemble pour la première fois ; de mon côté, je dois avouer qu'André, sans perruque ni Dim Up, a intérêt à se tenir loin !

4 soir2

Nous partons avec de petits numéros 67 à 69 et 209 pour André (L3). Il a plu toute la nuit et les premiers chemins montrent vite les difficultés du parcours qui devient vite très gras. Nous arrivons pourtant avec une vingtaine de minutes d'avance au CH1. La spéciale déjà boueuse donne la part belle à la puissance. Christophe tire son épingle du jeu. Je double très vite Jeff dans une montée glissante ; ce sera mon seul fait de gloire !

Au deuxième tour, je double de nouveau Jeff qui recolle très vite à ma roue et me remonte ; en progrès le rascal ! A moins que ce ne soit... Christophe se balade dans ces conditions difficiles.

 

Le CH2 est plus roulant et surtout plus court. La SP2 à la scierie de Beauvois nous semble assez dangereuse avec un passage où les motos se croisent et des rondins de bois à l'extérieur du virage. On passera sans encombres et, dans le premier tour, je prendrai un grand plaisir à piloter sur une herbe grasse mais pour l'instant sans ornières. Au deuxième tour, cette spécilae sera elle aussi complètement défoncée, conditions dans lesquelles je ne me sens définitivement pas à l'aise ! Ma KTM cale et ne repart pas tout de suite. Jeff, qui m'attend, m'indique qu'il va arrêter ! Nous décidons de continuer ensemble mais après plusieurs calages, il part devant et va terminer avec Christophe. De mon côté, je vais prendre 5 minutes de pénalité ! Dégouté !

Dans la spéciale, Christophe double Jeff, tombe "vraiment", puis redouble Jeff... qui évidemment ne s'était pas arrêté...

 

La course se termine comme elle a commencé, sous la pluie. Nous sommes transis de froid. J'attends André qui arrive avec pas mal de retard, moteur bloqué !

6Fin

Certain(e)s ne comprennent pas ! Il paraît qu'en plus, on paye...


Les résultats des pilotes des Flandres sont succincts. Dix pilotes en L2 ont fait le déplacement. Du coup, malgré mes 5 minutes de pénalité, je suis 10 ème ! On se console comme on peut...

resultatsL2

 

En ligue 3


resultatandre

 

Prochaine course dans quelques semaines...

 

Vincent SENOCQ

Lire la suite