Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog d'AZIMUT ENDURO

Les Pyrénées : mai 2014

31 Mai 2014 , Rédigé par Azimut Enduro Publié dans #Balades passées

Les Pyrénées : mai 2014

Traversée des Pyrénées en enduro en 5 étapes du lundi 26 mai au vendredi 30 mai 2014 inclus.

Environ 1200 Kilomètres de chemin du côté espagnol pour éviter les interdictions.

Les Pyrénées : mai 2014

Lundi: J1 Camprodon le 26/05/14: 184 km

Càmping Vall de Camprodon
Les Planes de Xenturri, C-38 17867 Camprodon
Tel 972 74 05 07 - Fax 972 13 06 32 info@valldecamprodon.net
http://www.valldecamprodon . net /

Pause Repas (100KM): Sant Llorenç de la Muga (N42 19 16.3 47 22.3 E2)

Compte Rendu: .

Super 1er journée.
Soleil pluie grêle et neige.
Top les chemins et les paysages : que du bonheur
On a même rencontré l'armée espagnole qui faisait des combats d'entraînement et nous ont demandé de passer ailleurs.
J'ai fais une super nav improvisé pendant au moins 50 km pour contourner des zones de franchissement !
Bien crevé mais super content .
Pas de blessés, le genou tiens le choc.
Quelques photos de Roses ...

Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014

Mardi : J2 La Seu d'Urgell le 27/5/14 : 190 km

Camping Gran Sol
Carretera N-260 km 230
MONFERRER, 25711
GPS : N 042° 20.891, E 01° 25.866
http://www.campinggransol.com/

Pause repas (92KM) : Alp (N42 22 56.1 E1 53 34.6)

Compte rendu ;

On a réussi à rouler au sec après la fin de journée d'hier où on a fini trempé et frigorifié.
Le matin on a traversé des cols enneigées à 2200 mètres sur des superbes pistes entre Camprodon et Alp.
Sanglier a cassé son radiateur et arraché la durit en sautant au dessus d'un arbre coupé : on a réussi à réparer car on avait emmené un bout de durit et vider nos gourdes dans le radiateur .

Pause repas à Alp à 16:00 : JR est affamé. Alp est une belle ville fantôme complètement vide ; tout est fermé et personne dans les rues.

L'après midi superbe chemins et single a travers la vallée et le long de la rivière jusque la seu.
Arrivée à 20:00 avec 225 km au compteur : on va bien dormir ... Jean René est en tête du concours du ronfleur.

Bilan tout est ok mais on a tous mal au c...
Faudra penser à acheter des selles rembourrées :)

Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014

Mercredi : J3 Ainsa le 28/5/14 : 260KM

Camping Pena Montanesa
Ctra Ainsa-Francia, km 2
22360 LABUERDA
situé à l'entrée du parc National d'Ordesa et Monte Perdido (2km Ainsa)
http://www.penamontanesa.com/A01_Introduccion.php?c=1&area=A

Pause repas (90KM) : Talarn (N42 11 05.5 E0 54 41.0)

Compte rendu :
95 km le matin avec un départ à 8:00

Super soleil.
On a fait une piste d'au moins 50 km au matin sans voir un bout de goudron . Un super passage dans des montagnes rouges.
J'ai filmé avec la caméra retourné en fin de matinée avec de l'arsouille dans tout les sens .... y'a que sanglier qui m'a passé. A un moment moteur pleine charge il m'a fait un wheel à ma hauteur, sa roue avant à droite de mon casque :)

Cet après midi en avait l'impression de rouler au maroc : traversé d'oued, pistes infinies.
On a fini les 20 derniers kilomètres sous la pluie :(
Total 256 km , le top.

Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014

Jeudi : J4 Isaba le 29/5/14 : 155 km

Camping Valle de Hecho
Ctra Puenta La Reina
Hecho
GPS : N 42° 73' 229" - W 0° 75' 311"
http://www.campinghecho.com/

Pause repas (80 KM) : Cartirana (N42 31 55.4 W0 22 53.3)
Compte rendu :
Encore belle journée de moto aujourd'hui avec 195 km, depart 8:30 et arrivé à 20:00.
Je pensais avoir à faire une étape de transition plutôt facile pour récupérer un peu et pouvoir profiter un peu de la piscine du camping. En fait c'est certainement la plus difficile techniquement. La distance prévue de 150 km est passée à 195 km car sur le terrain on à trouver de nouvelles solution.
On a failli perdre 2 motos : d'abord la mienne au matin puis celle de Sanglier le soir. Ma moto à glissé dans chemins de vache hyper boueux à1700 mètres d'altitude, 1 mètre de plus et elle tombé dans le vide. Je m'en sorts avec juste un ongle arraché (même pas mal). Ensuite sanglier à récupéré de justesse sa 500 la roue arrière ayant glissé dans un single hyper étroit au bord d'un précipice.
Le matin on a roulé dans la vallée le long d'une rivière sur plusieurs kilomètres. Ensuite traversé de montagne avec toujours de superbe paysage, beaucoup de passage de gué et même la traversée de plusieurs rivières.
A noter un passage dans un superbe chemin de vallée où on a roulé à fond, couché sur la moto comme pour le holeshot du touquet : je crois avoir vu 125 kmh s' afficher sur le GPS . Le top :)
Demain c'est déjà le dernier jour avec la plus grosse étapes et plus de 250 km. Réveil à 6:00.

Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014

Vendredi J5 : the end.

San Sébastian le 30/5/14 : 245KM

Hotel Errekalde
20100 Lezo
http://www.hotelerrekalde.com/

Pause repas (70KM) : Auritz (N42 59 21.4 W1 20 07.3)

Compte rendu :
Départ dès 7:30 sur la moto car la journée va être longue avec 250 km à faire pour rejoindre l'océan Atlantique.
7:31 : Aie le camping est fermé ! On ne peut pas sortir :(
7:35 : Sanglier commence à perdre patience et parle de faire exploser ce putain de cadenas.
7:36 : Sanglier est derrière la porte : il a trouvé la faille de sécurité du camping en passant par la petite porte sur le côté. C'est fort un sanglier quand même. Au fait Sanglier à un nouveau petit nom en Espagne : le cochon ibérique :)
7:40: Victoire ! On a réussit à faire notre premier kilomètres.
8:00 on est bloqué dans la montagne par des arbres abattues en travers du chemin. C'est Jean Christophe désormais baptisé 'le bucheron' qui nous sauve en les déplaçant . Non mais on va pas se laisser faire comme ça !
Jean René notre pharmacien Péteur (au fait c'est lui le gagnant du concours du motard Ronfleur : il s'est lancé un nouveau défi avec pour remporter le concours du motard péteur ) ne comprends plus rien à la navigation : en effet on roule depuis 1 heure mais on avance pas : pas de progression on est toujours à 100 km à vol d'oiseau de notre destination.
10:00: traversée de la vallée Hecho. Les paysages ou des superbes chevaux nous oblige de s'arrêter plus d'une foi pour les contempler.
Sous la pluie, on passe par une méga descente hyper glissante : même à l'arrêt la moto continu d'avancer. Faut vraiment que ça passe en bas car on ne s' aura jamais remonter tout ça ! Ouf ça passe :)
Franchissement de la rivière de la vallée sur un barrage avec un énorme doute de l'ouvreur (c'est moi !) sur l'accessibilité pour les motos car on voit des grilles au loin ! Encore ouf ça passe une nouvelle fois ;)
Notre cochon ibérique remarque au passage un sticker liberty sex sur un poteau : il commence sérieusement à souffrir des conséquences de l'abstinence sexuel. ; )
Pause repas arrive enfin mais notre maman Béa nous attend 50 km plus loin. Aie ça va être juste en autonomie car on vient de faire plus de 100 bornes. La pluie s'intensifie ... on vides les poubelles d'une station désaffectée pour se faire un combinaison étanche.
Le chemin devient de plus en plus étroit en devers le long de la vallée et hyper technique : on sera obligé de le contourner par un autre car il fait plus de 5 km.
On arrive dans le Pays basque ou on fait des super descentes moteur coupé histoire de ne pas tombé à sec. Passage sur la réserve pour notre bucheron... on s'inquiète de plus en plus : on est au bout du monde, faut absolument y arriver ! On arrive enfin dans une station (en France) au bout de 150 km !!!
Au bout d'un super single suivi d'une belle grimpette dans les fougères la kekette du cochon ibérique tombe en panne : on arrive à réparer le 500 (problèmes alimentation essence). Comme quoi ça confirmes que ça serre à rien d'avoir la plus grosse kekette du groupe.
On arrive enfin à San Sébastien vers 21:30. Objectif atteint :)
On passera une bonne nuit grâce à notre maman béa qui nous a trouvé un super hôtel.
Encore un grand merci à maman Béa et à papa Daniel pour tout !!!
Et merci à mes super potes et les bon moment passé ensemble.


PS : JR notre pharmacien péteur à jouer un grand concert (son et odeur)... les murs de l'hôtel et les voisins s'en souviennent encore :)

Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014

Pyrénées J6 ... le retour

Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014

Epilogue :

Pour les chiffres, environ 1200 km d'offroad en 5 jours. Des étapes entre 200 et 250 km par jour. Une météo mi-figue mi-raisin avec 2 jours de pluie (le premier et le dernier jour) et 3 jours de soleil.

Les motos :
Du 4 temps pour des raisons d'autonomie.
Nous avions un 250 ktm, un 250 wrf, un 350 ktm et un 500 ktm. Le meilleur compromis c'est la 350 hyper maniable et économique.
Le super pneu arrière c'est le mitas C02 : indestructible, polyvalence : rocailles sol sec dur et pluie. Pour l'avant le Michelin enduro 4 est parfait.
Bib mousse obligatoire pour ne pas perdre de temps en réparation inutile.


Les retours d'expérience :
* Prévoir un poncho dans le sac ou un sac poubelle :)
* Prendre du journal pour sécher les bottes et repartir au sec le lendemain.
* Prendre tout en double pour repartir au sec le lendemain en cas de pluie : 2 pantalons, 2 vestes, 2 paires de gants, 2 paires de bottes ...
* Prendre 1 paire de gants étanches = gants de ski.
* Pansement : double peau (Compeed) ou hydrocolloide et bande velpeau "Strapp bande" adhésive pour protéger les mains, les oreilles (casque) et les pieds.
* Un canif
* Une durit, un tuyau d'essence, un bout de tuyau d'arrosage.
* Des serflex
* Mal au Cul : ben la faut rouler debout ou mettre du dentifrice à la menthe :)
* Une Gopro et un appareil photos dans la poche.

Pour la navigation :
* Garmin Oregon ou Montana avec les cartes TOPO Espagne et City navigator Europe.
* Faire 1 trace par jour avec 1 ou 2 variantes. Attention aux limites du GPS (500 points maxi pour 60Cx un et 10000 points pour un Oregon).
* Utiliser Wikiloc :http://fr.wikiloc.com/wikiloc/home.do. Itinéraires du Monde. Wikiloc est l'endroit où découvrir et partager les meilleurs itinéraires de pleine nature, pour la randonnée et bien d'autres activités.
* Carte papier : 3 cartes Zoom Michelin Espagne Pyrénées n° 144 + 145 + 146
* Prévoir un gps de secours. Ce serait dommage de tout arrêter à cause d'une casse.
* Faire un plan de synthèse par jour avec les grande étapes
* Départ : pour la prochaine édition le départ sera de Llança au lieu de Roses car il y a trop de chemins de rando pédestre au début de la trace.

Assistance :
* 2 véhicules (1 transit et un 807) et 2 remorques (remorques fourgon 4 moto et remorque 3 rails) qui sont conduits par notre maman Béa et notre papa Daniel pour gérer la logistique (repas, logements, réparations etc ...)
* http://www.spain.info/fr_FR/
* Numéro d'Urgence : Appelez le 112 (numéro gratuit et commun à toute l'Espagne).
* La Carte Européenne de Santé vous permettra de bénéficier des mêmes prestations sanitaires que les citoyens espagnols. Contactez votre Centre d´Assurance Maladie pour l´obtenir et n´oubliez pas de verifier sa validité avant votre départ. Les médecins et les hôpitaux espagnols privés n'acceptent pas la Carte Européenne.

Espagne et chemin.
On a pas vu d'interdiction en 1200 KM sauf une ou 2 ver la fin (pays basques).
Les seules interdiction sont des limitations de vitesse à 40 ou 30 Kmh, mais on a pas vu de radar dans les chemins :)
On croise pas mal de 4X4 du coin.
Le 3eme jour on a croisé un 4X4 de la police sur la piste avec des agents qui nous ont fait signe de la main :)
On a pas vu une seule moto d'enduro en 5 jours, seulement 1 ou 2 VTT et randonneur le dernier jour.

Conseils :
Roulez avec des Orthèses pour éviter de péter vos ligaments.
C'est remboursé pas la sécu et votre mutuelle. Une simple genouillère ne sert à rien. Tous les top pilotes en mette :
https://www.facebook.com/pages/Orthese-de-genou-galaad/267685346621800
http://www.orthese-motocross.com/page13.html
http://www.ossur.fr/pages/17065


Ne pas prendre de risques inutiles ; il faut arriver et progresser sinon on termine par la route ou de nuit.
Il vaut mieux éviter des zones trop hard et les contourner plutôt que d'insister et perdre trop de temps. Quand on n'arrive pas à faire plus d'1 kilomètre en 15 min alors faut pas insister :)




















































Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Les Pyrénées : mai 2014
Lire la suite

Tréfle lozérien 2014

29 Mai 2014 , Rédigé par Azimut Enduro

Tréfle lozérien 2014

~~A la demande de Vincent S qui nous trouve trop discrets, (c’est ce que dit également ma femme…quand je suis absent), je vous poste ce petit récit de nos aventures Lozériennes.

Partis mercredi en fin d’après-midi et après une nuit passée dans un gite prés d’Orléans au propriétaire très agréable et où nous croisons de sympathiques jeunes hommes de … 70 balais bien tassés, très drôles, qui font leur périple annuel en vélo, un rdv qu’ils ne rateraient pour rien au monde depuis plus de 30 ans. Nous arrivons jeudi en début d’après-midi, et retrouvons notre pote Eric (dit le fourbe) qui a fait la route seul de Cherbourg, motivé le gars. Passage au contrôle technique sans encombre, et mise au parc fermé, avec antivol obligatoire, ça y est, on y est au trèfle, quelle joie.

~~Après une soirée légèrement arrosée mais sur la retenue tout de même au stand Méo, nous rentrons à l’hôtel vers minuit. Réveil 6h15 après une nuit courte et un peu agitée, petit-déj et en route pour le départ prévu à 8h28 pour Eric, 29 pour Vince, 32 pour moi et 9h02 pour fabien (dit casimir). Eric et Vince m’attendent et nous attaquons ensemble ce 1er jour. Je ne sais pas pourquoi j’ai fait la 1ere heure de liaison plutôt facile avec un bâton dans le C.., la peur sans doute  .Nous arrivons au CH1 avec 3 mn d’avance, et nous pointons avec 3 mn de retard, pas encore bien réveillés.

Tréfle lozérien 2014

~~Après le CH1, Eric et Vince repartent sur un rythme plus soutenu, je les laisse partir et 10 mn plus tard, je retrouve Eric arrêté dans un chemin, il s’était pris une pelle et tapé sur la clavicule déjà cassée et mal réparée. Il repartira et roulera toute la journée en serrant les dents en zappant 3 spéciales. Le soir hosto, radio et malheureusement repos. Les grosses boules, un rêve qui s’écroule pour lui. Les 2 premières spéciales magnifiques se déroulent bien, et dans la 3ème je double Vince particulièrement lent, verdict à la sortie, chute sur la cheville et entorse. Il finira également la journée en serrant les dents sans faire les 2 dernières spéciales. Je pense qu’ils ont eu du mal à gérer la pression que je leur mettais, et je les comprends  Pour ma part, je laisse les 2 éclopés et termine ma journée sans soucis mais avec quelque part l’idée que je pouvais être le prochain sur la liste. Je me fais tout de même énormément plaisir à traverser ces chemins et paysages extraordinaires et dans ces spéciales magnifiques. Mon objectif dans ces spéciales était de ne pas faire d’erreur et de rouler souple pour garder un peu d’avant-bras jusqu’à la sortie, je me suis fait doubler 2 à 3 fois par spéciale.

Tréfle lozérien 2014

~~A l’arrivée, je retrouve casimir rebaptisé Antonio Cairoli par tout le team Méo rapport à son num de course 222, il a du shunter les 40 derniers km suite à une chute qui a laissé quelques traces sur la 200 wr, mais comme dit le prezz, c’est indestructible. Le pilote l’est également, même pas mal. Départ du J2 sous le soleil alors qu’il avait neigé la veille vers 21h, du coup, pas de poussière et terrain souple, le pied. Mes 2 compères s’étant lâchement fait porter pal, je me lance seul pour cette 2ème journée qui se déroulera sans soucis, je m’attacherai à rouler proprement et à pointer dans les temps et à me régaler au maximum. A un moment ou je pensais rouler correctement, je me suis fait déposer par un pilote visiblement expérimenté qui roulait en … 250 IT des années 80, p..ain, je me réveille direct, je descend une vitesse et je me met en mode chasse, il envoyait sévère avec sa brèle le rascal. Après quelques minutes, je le retrouve… arrêté pour pisser. Je roule doucement pour l’attendre et nous avons fini l’A.M ensemble, j’ai adoré. A l’arrivée, et après une longue attente, je retrouve à nouveau la star Cairoli qui tient le coup et se fait plaisir également.

Tréfle lozérien 2014

~~J3, l’ordre des départs est inversé, nous gagnons donc 30’ de sommeil, ce n’est pas du luxe. Ça devient une habitude nous parons sous le soleil alors qu’il a plu toute la nuit, je pars avec Vince qui boite mais ne veut pas rester sur une mauvaise note. Il ne fera que 2 spéciales pour s’économiser et réussir à finir sa journée, bravo à lui. Le tracé de cette dernière journée est encore magnifique, certes avec quelques portions de roulant, mais aussi et comme la veille, une montée en pierre bien glissantes ou ça bouchonne un peu, des chemins bien cassants, des descentes dans les genets et les pierres plutôt techniques, des singles boueux et gras avec des racines et des pierres bien glissantes et toujours des paysages extraordinaires et beaucoup de spectateurs très sympathiques.

Antoine Meo et Pela Renet en bagarre

Antoine Meo et Pela Renet en bagarre

Après avoir terminé, nous profitons de la démo des jeunes du MCL, et du cross final auquel participent les 30 premiers classés, ou l’on assiste à des belles bagarres et la victoire du phénomène et showman Méo, devant Pela Renet vainqueur du général.

~~La dernière épreuve, et non des moindres, était l’apéro géant et l’excellent soirée, avec un très bon orchestre, qui ont suivi la remise des prix, et là, contrairement aux spéciales, on était devant, on a même fait quelques passages sur la scène, histoire de montrer qui sont les boss…des soirées. (Vince ne sentait plus sa cheville) Voila, désolé pour la longueur du récit, mais c’était 3 jours intenses tout de même, et je n’ai pas tout dit, je peux encore alimenter quelques soirées d’hiver. Longue vie au MCL et à AZIMUT ENDURO. Papytic, Antonio Casimir, Vince (tac) et Eric le fourbe

Tréfle lozérien 2014
Mathilde, Hugues et Timothé

Mathilde, Hugues et Timothé

Lire la suite

Enduro 4 : Rocroi

27 Mai 2014 , Rédigé par Azimut Enduro Publié dans #ENDURO : Saison 2014

C'est par une journée ensoleillée que nous avons profité de ce magnifique enduro. Les Ardennes restent évidemment humides et nous n'avons pas échappé aux nombreux bourbiers ; néanmoins, rouler avec cette météo aura été un véritable plaisir.

Six azimutiens sont inscrits grâce à la nouvelle procédure sur motott.fr : Joël, Olivier, Philippe, Christophe, André et moi en ligue 2. Cette épreuve étant inscrite aux championnats nationaux de Belgique et de Suisse, nous avons côtoyé de nombreux nationaux durant la course. Verdict : ça va vite !

Comme chaque année, nombre d'adhérents de notre club jouent le rôle de marshalls. J'ai croisé Hubert, Jérôme et Marc ; Yvon et Greg étaient présents aussi.

Enduro 4 : Rocroi
Enduro 4 : Rocroi
Ligue 2 : Classement avant Rocroi-Ligue des Flandres

Ligue 2 : Classement avant Rocroi-Ligue des Flandres

Comme chaque année, l'organisation est rodée et les contrôles se déroulent dans une bonne ambiance. Nous passons un peu de temps à récupérer un pignon de sortie de boîte pour ma Sherco 300 4T ; il s'avérera être un pignon de 300 2T, différent évidemment. On ne cherche pas à comprendre et la course se fera avec un pignon émoussé.

Enduro 4 : Rocroi

Le repérage des spéciales est cette année "spécial" ! On coupe beaucoup les parties banderolées (plus encore Olivier qui souffre quand il marche trop !) et nous nous concentrons sur les difficultés et autres dangers. On fait quand même très fort sur la SP4 avec un repérage du départ (bascule, rondins, traverses, pneus) effectué en voiture !!! Pour le reste, ce sera de l'improvisation.

Les discussions vont bon train sur l'organisation de la course (ordre des CH, des spéciales) et surtout sur les points de ravitaillements. Nous arrivons à l'excellent gîte (5 rue d'Hersigny à Rocroi) réservé par Béatrice vers 19h30 sans avoir réellement tranché.

C'est enfin l'heure de l'apéro (il n'y a pas que des grands sportifs chez azimut).

Chez Françoise et Serge à Rocroi
Chez Françoise et Serge à RocroiChez Françoise et Serge à Rocroi

Chez Françoise et Serge à Rocroi

La soirée est évidemment sympathique et commence avec le sacre de Toulon, vainqueur pour la deuxième fois consécutivement de la coupe d'Europe. L'occasion de revoir Jérôme et son Hubert, marshalls comme chaque année, qui partagent leur repas avec nous. Les discussions vont bon train, notamment sur l'heure du lever, les ravitaillements, les élections européennes et l'avis tranché de Joël sur la question !

Après un repas copieux et quelques prunes, Christophe -pour le coup pas clair !- décide d'écouter les conseils des plus jeunes et notamment de "celui qui se croit toujours jeune avec ses cheveux en arrière" (SIC). Il va commettre une GROSSIERE ERREUR !

Serge, le patron, nous montre les photos de sa carrière moto : Goldwing, enduros, trial. Avec Philippe, nous regardons le Real remporter la coupe d'Europe devant l'Athletico.

Lever à 6h30, petit déjeuner copieux et préparation des ravitaillements.

Nous partons à 09h05 pour un CH1 de 1h15. Alors que Christophe peine à trouver son rythme, Joël le percute au premier stop. Plein d'humour, Joël avoue avoir eu un moment d'égarement.

Nous arrivons à la SP1 et Christophe me propose de partir devant et je perds un peu de temps dans la grimpette qui précède l'arrivée ; un pilote est resté coincé et la sanction est la même pour Christophe et Philippe.

Dans les chemins qui suivent, j'essaie de suivre Christophe et Philippe mais le rythme est trop soutenu ; les deux lascars avionnent... Nous pointons au CH1 avec une dizaine de minutes d'avance et ravitaillons.

Le CH2 (1h30) est constitué de chemins très rapides. Il faut rejoindre Les Mazures et il y a des kilomètres à parcourir. Nous bordons des forêts sur des chemins magnifiques avant d'arriver à la zone industrielle où nous avons choisi de ne pas ravitailler.

Dans la SP2, Christophe part devant tandis que je rattache la boucle arrière de mon cadre avec des colsons ; j'ai en effet perdu une vis ! Promis, je les freine au Loctite ! Philippe part devant et je termine dans sa roue.

Nous arrivons à la SP3 où Philippe donne sa sacoche banane à une jeune femme à qui il promet un baiser ; le bougre s'exécute au début de la SP4 !

En fin de CH3 (1h45), je croise Christophe tombé en panne sèche à 200m d'un karting. Une bonne âme le dépanne de quatre litres mais la moto a avalé des cochonneries de fin de réservoir et pisse de l'essence.

La SP3 durant le repérage : un terrain très meuble

La SP3 durant le repérage : un terrain très meuble

C'est la spéciale 4 de Fontaine-Maubert. Philippe part juste devant moi... et cale juste derrière la bascule. Je démarre, passe la cellule quand un commissaire me demande de stopper ; je suis trois mètres après la cellule mais Philippe, qui est derrière la bascule, n'arrive pas à redémarrer ! Je demande à reprendre le départ mais on me le refuse. J'y laisse une dizaine de secondes minimum ! Je passe les troncs, les traverses, les pneus et attaque l'ancienne voie ferrée. Une grimpette en dévers bien annoncée (merci les bénévoles !), Plus loin, un virage à gauche, une grimpette, un virage à droite et... je me fais un énorme tout droit ! Philippe en profite pour me passer. Sur la fin de la spéciale, je reviens un peu dans sa roue dans le bosquet ; dans le ruisseau qui annonce la fin de la spéciale, Philippe avionne... et se couche sur la cassure, 20 mètres avant la fin ! Je le passe pour terminer juste devant. Comme on a 30 minutes (spéciale comprise) pour rejoindre l'auvent, c'est cool !

Lorsque nous finissons notre premier tour, on retrouve Christophe sous l'auvent Azimut ; il est tombé en panne sèche après le CH2 Il a réussi à récupérer 4 litres au karting mais sa moto perd de l'essence ; quelques tapotements sur la cuve n'y feront rien ; en vidant le réservoir, le carburateur a avalé des cochonneries et il pisse de l'essence. Ne voulant pas rester coincé au fin fond de la forêt des Ardennes, il décide de rejoindre l'auvent Azimut par la route.

Christophe, qui a connu Moto Verte en noir et blanc (si, si !!!) évoque même "Le sanglier des Ardennes" et Guillaume de la Marck qui inspira le film avec Quentin Durward.

Enduro 4 : Rocroi

Nous repartons avec Philippe pour 1h15 et arrivons à la SP1 dans laquelle je passe Philippe, couché dans un dévers. Bad day for the president... Et ce n'est pas fini !

Dans les chemins, la 300 KTM présidentielle est impossible à suivre ; je roule sagement pour terminer la course avec un unique objectif, pointer à zéro. Je rattrape Philippe qui a un coup de mou dans les bourbiers.

Il nous reste 20 minutes de course lorsque nous attaquons la dernière spéciale (la SP4 de Fontaine-Maubert) ; je pars devant. Cette fois-ci, je saute bien à plat la bascule. Ce ne sera pas le cas de Philippe qui parti en première (!!!???) donne un coup de gaz et se retourne. Sonné avec un violente douleur à la cheville, il se relève et termine la course tant bien que mal.

Lorsque nous passons la ligne, pas de nouvelle de Joël. Il arrivera un peu plus tard, tracté par... Marc VDD, marshall d'un jour. Olivier, encoure gêné par sa fracture, a terminé un tour mais a sagement abandonné. André arrive ensuite souriant comme à l'habitude ; on apprend ensuite que son copain belge Xavier s'est fracturé la cheville.

Les résultats tombent très vite et chacun peut y trouver sa dose de satisfaction... ou de frustration.

227 inscrits en ligue 2 : 167 à l'arrivée.

Reste un superbe enduro où nous avons roulé notre compte (203 km) ; le moto club peut se targuer d'offrir un tel panel de chemins variés, techniques, roulants et quatre spéciales différentes. Alors, en deux mots pour conclure : BRAVO ! MERCI !

Vincent SENOCQ

Les résultats des pilotes des Flandres

Les résultats des pilotes des Flandres

Lire la suite

Enduro 2 : Buzancy

12 Mai 2014 , Rédigé par Azimut Enduro Publié dans #ENDURO : Saison 2014

L'année dernière (2013), l'enduro avait été très dur malgré la météo du jour clémente. Les chemins étaient gras et nous nous étions donnés comme objectif avec Christophe tout d'abord de faire un tour puis de terminer, ce que nous avions fait d'ailleurs (Mathilde avait renoncé après un tour). J'aurais aimé cette année raconter un week-end ensoleillé, précédé d'une semaine sèche. J'aurais aimé mais...

André esquisse quelques pas de danse...

André esquisse quelques pas de danse...

La semaine a été humide ; les pluies continues ont succédé aux averses et c'est sous une pluie battante qu'avec André, nous avons rejoint l'hôtel VILLA MOTEL de Stenay (55700) après un repérage de la spéciale 1. Pas de repérage de la spéciale 2 vu la météo ; c'est assurément dans les chemins que se jouera la course. Et puis, on nous la racontera à l'apéro.

Ce week-end, nous sommes 7 azimutiens au départ : André, Christophe, Joël, Olivier (dont c'est le retour après une fracture du péroné), Philippe, Pierre et moi. Le repas est orné des exploits de Philippe et Pierre qui rentrent du raid de l'amitié ; on évoque aussi nos éventuelles futures cures d'oranges...

Une belle table pour ce dîner traditionnel d'avant course

Une belle table pour ce dîner traditionnel d'avant course

Après le petit-déjeuner, il faut mettre des bidons au CH2 car nous craignons une autonomie un peu "courte" de nos machines. Nous nous préparons sous l'auvent Azimut quand Christophe décide de renoncer. Les chemins entrevus en allant au CH2 sont vraiment détrempés ; mon insistance ou les quolibets de Philippe n'y feront rien, Christophe DNS so DNF nous quitte donc sans que la KTM ait pu "apprécier" les chemins de Buzancy...

Au départ, on nous annonce que certains ne passent pas la SP1 ! Un homme prévenu en valant deux, c'est avec une idée certaine de la difficulté qui s'annonce (mais tellement sous-évaluée !) que nous prenons le départ.

Le CH1 (38') n'est pas long en temps mais contient la SP1. Cette dernière, superbe par ailleurs, est délicate et il est difficile de rester sur ses roues tant c'est glissant, boueux. J'y double Pierre qui est arrêté dans la deuxième partie. Philippe se couche dans une des petites grimpettes puis attend un peu son pote africain qui ne ressortira que bien plus tard.

Le CH1 présente toutes les caractéristiques idéales de l'enduro : sous-bois, grimpettes, single, passages hard et soft. Il est très serré et nous sommes quelques uns à nous faire piéger au premier comme au second tour. Philippe me rattrape puis se tanke dans une grimpette ; il pointe juste derrière moi avec 7 minutes de pénalité, de mon côté, j'en prends 6. Quant à Joël, je ne me rends pas compte à quel moment on le perd ; il faut dire qu'à certains passages, il y avait des motos bloquées de toute part.

Le CH2 (1h05) est très large et nous pointons avec une quinzaine de minutes d'avance ; une montée en dévers (contournée par un certain Olivier D. !) mérite d'être retenue. Le passage du ruisseau est terrible aussi ; une monotrace avec des whoops. Le reste du temps, on roule assis, les deux pieds faisant du ski nautique.

Une vidéo de Bruno Werder (www.moto-racing.ch)

La SP2

Les classements initialement publiés souffraient d'erreurs sur les pénalités attribuées. Joël, qui n'a fait qu'un tour, a longtemps été devant Philippe au classement officiel d'après course, ce qui a eu le don d'énerver notre président. Ce matin, les résultats ont été modifiés et les (nombreuses) anomalies ont été rectifiées ; on peut faire confiance au sérieux de FCC-timing !

Nous sommes quelques uns à déplorer que le second tour n'entre pas dans les classements. Ce n'était pas rien de le faire, ce second tour !!!

"Petite erreur" dans les pénalités et Joël (comme il l'avait annoncé !) met minable notre président

"Petite erreur" dans les pénalités et Joël (comme il l'avait annoncé !) met minable notre président

Résultats des pilotes des Flandres et d'André, championnat de Belgique,

Résultats des pilotes des Flandres et d'André, championnat de Belgique,

Indépendamment de la douleur, le plaisir a été (très) limité pour beaucoup d'entre nous, notamment dans le second tour où il fallait puiser dans ses réserves mentales et physiques. Bien sûr, cette réflexion n'est que la mienne, celle d'un pilote (très) moyen de ligue 2, au physique approximatif.

Un dernier mot pour les organisateurs, les marshalls, les spectateurs qui nous ont indiqué les traces et les bénévoles qui ont bravé pluie et tempêtes. Merci. Le fléchage était nickel et le parcours aurait pu (dû) être super.

Pierre Dac disait "Il vaut mieux qu'il pleuve un jour de mauvais temps plutôt qu'un jour où il fait beau". Putain de météo quand même !

 

Vincent SENOCQ

Le parc fermé le dimanche soir ; le beau temps est terni par le vol de nos bidons au CH2...

Le parc fermé le dimanche soir ; le beau temps est terni par le vol de nos bidons au CH2...

Lire la suite