Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog d'AZIMUT ENDURO

Epreuve 3/8 : enduro de Rocroi

31 Mai 2009 , Rédigé par Vincent Publié dans #ENDURO : Saison 2009

 


ROCROI 31 Mai 2009

Epreuve 3/8

 

 

L'édition 2009 de l'enduro du plateau de Rocroi se déroule ce dimanche avec un parcours de 100 kms. Cette année, 3 spéciales par tour sont organisées afin de répondre aux exigences de la compétition car le Moto Club du Plateau de Rocroi est fier d'accueillir le championnat national de Belgique ! 120 des meilleurs pilotes de ce pays viennent se mesurer aux pilotes des ligues de Normandie, Ile de France, Lorraine, Picardie et Champagne-Ardennes.

A noter que Daniel traceur d'Azimut, est l'un des nombreux organisateurs de ce club très dynamique (plus de 180 bénévoles).

Parmi les marshals, on note la présence de Raphaël Robert, Greg Pichon et Yvon Holleman

Au total près de 520 pilotes sont attendus et notre bon Prezz a imposé un RV à la première heure au CT (16h00 à MON IDEE).

La météo est super avec du soleil et plus de 20 degrés attendus. Heureusement !

 

Du côté de chez Azimut, on note qu'il n'y a plus de ligue 3. Christophe Floquet a rejoint les ligue 2, Marc est de retour et nous sommes donc 7 à représenter notre club préféré.

Les contrôles administratifs et techniques se déroulent sans problème.


De l'intérêt d'arriver tôt : la reconnaissance des spéciales

De taillage de bavettes en consommations diverses, il est 18h00 quand nous allons repérer l'une des 3 spéciales ! Pour les autres, ce sera comme d'habitude : improvisation !

 

Christophe qui est arrivé très tôt a lui, vu les trois. La SP3 en ligne est tracée de part et d'autre d'une ancienne voie de chemin de fer. Nous allons monter, descendre et accélérer sur des gros cailloux de ballast avant de terminer dans une petite prairie. Après que l'on a bien marché, on tape l'incruste dans une "bétaillère" pour revenir au départ de la spéciale où nous avons laissé la 607 de Jeff

 

Le dîner est sympa avec la présence de nos amis belges, dont notamment Christian que certains ont rencontrés dans le Morvan. Marc s'offusque des entrecôtes à point qui arrivent à table avant la sienne… saignante !

 

Quelques frites et tartes aux pommes (ou fraisiers c'est selon !) plus tard, il est l'heure d'aller se coucher dans les draps, euh, humides !!! A coups de ronflements aux travers des cloisons, Marc et Le Prezz se tirent déjà la bourre.

 

Petit-déj avec Pascal, bidons au CH1 à Rocroi et le stress commence à monter. Notre départ est prévu pour 9h50.

 

Le Prezz, qui a oublié les chaussons des bottes de son fiston Nicolas, essaie de compenser la différence de taille par de nombreuses paires de chaussettes…

Ca y est, il a son excuse toute prête au cas où des temps canons ne seraient pas au rendez-vous…

 

Le CH1 : 40 km, des bourbiers et des ornières monotraces

Le premier CH fait 1h40 pour 40 kilomètres.

Le CH1 contient la spéciale 1, assez courte mais tracée à proximité du départ (une dizaine de minutes après).

C'est super pour les passionnés qui ont le loisir de voir sur le même lieu les motos au parc, le départ et les pilotes à l'attaque.

 

A peine échauffés, nous voici en train de taquiner le chronomètre entre les banderoles.

 

Très vite, on zigzague dans un sous-bois avant de terminer, tétanisés, dans une petite pâture. Un peu violent...

C'est l'occasion pour les azimutiens qui ont mis leur maillot du club, d'avoir le privilège d'être encouragés par notre mascotte Franck Dubruque, dit Balou.

Le scratch L2 est à 2'05. Vincent signe 2'18, Christophe 2'28, Olivier et Pascal 2'32, Greg (Hors Classement) 2'38, Jeff 2'41, Marc 2'42 et Le Prezz 2'45.


Au CP1, nous faisons un petit coucou à Daniel et Béatrice qui passent une journée sympathique. Raphaël (marshal) y boit un café et un anonyme se vautre dans la dernière ornière et manque de finir dans les bras de Béa !

 

Les bourbiers se succèdent et pourtant, il fait sec ! Dans des ornières monotraces, on teste notre condition physique. D'après la version officielle (celle de Pascal), c'est à cause d'un concurrent particulièrement maladroit qu'il (Pascal) se pose dans l'une d'entre elles. La moto, véritablement scotchée, est soulevée par 4 azimutiens euphoriques (Jeff, Olivier Cousin, Marc et le Prezz).

 

Un peu plus loin Marc s'englue dans la boue et Olivier l'aide à en sortir. Nous arrivons tous largement dans les temps pour faire le plein.

Quelques belles grimpettes, dont l'une fait suite à une descente copieuse et remonte en épingle sur la gauche. Jeff se plante de chemin et emmène avec lui deux autres concurrents.

 

Force est de constater que le fléchage sera parfois approximatif… Ou alors on roule trop vite !


La SP2 : du classique avec un saut dans les gravas…

A l'arrivée du CH2, nous cherchons nos bidons donnés à un inconnu rencontré au CH1. Nous avons comme indication : "pas loin de l'horloge, à côté d'un gros bidon vert kaki, sur un tapis environnemental Twin Air…". On les trouve ! C'est beau la solenduroïté !

 

Après avoir pointé, on attaque directement la SP2 situé au lieu-dit Les Mazures. Le Prezz arrive à tomber dans l'unique ornière de la spéciale. Un petit saut avec appel dans des parpaings concassés nous inquiète. Personne ne saute !...

Le scratch L2 est à 3'13. Vincent signe 3'38, Christophe 3'48, Jeff 4'07, Olivier 4'11, Marc 4'19 Pascal 4'21 et Le Prezz 4'51.

 

Hard ou soft ?

Le CH3 (1h10) est d'après notre marshal belge Christian le plus délicat avec notamment quelques grimpettes… Olivier avoue à l'arrivée avoir galérer dans la montée en ardoises… Cette montée ? Nous ne l'avons même pas vue, enfin officiellement !

Arrive une bifurcation hard/soft. Vincent, Christophe, Le Prezz et Pascal choisissent le passage "Hommes". Ca passe sans problème pour Pascal et Christophe, un peu besogneux pour Vincent à la deuxième tentative.

 

Le Prezz échoue une fois et renonce ! Mal lui en prend ! C'est dans la grimpette soft qu'il casse son filtre à essence avec comme conséquence quelques minutes de pénalités…

Les autres, dont les noms seront tus par pudeur, se la jouent "petits bras".

Ils "roulottent" en 250 CREX, 300 Gas et 250 WRF.

La rumeur commence doucement à se répandre dans le paddock… Un marshal, homonyme d'un prestigieux champion en 450 EXC, n'aurait pas fait plus de 45 km…

Le repérage de la spéciale en ligne nous permet d'éviter quelques écueils. Pourtant, qu'il est difficile de mémoriser les enchaînements ! C'est peut-être pour cela que les top pilotes en WEC font trois passages…

Quoiqu'il en soit, le scratch est à 5'27 et nous alignons : Vincent 6'12, Christophe 6'17, Jeff 6'43, Olivier 6'51, Marc 6'48, Pascal 7'02 et Le Prezz 8'02.

 

 

Le CH4 : 30'

Le CH se caractérise par une longue et usante série de whoops sur du ballast.

Vincent s'y fait déposer par deux inters belges, dont l'un lui envoie violemment un pavé sur le pare-pierres. Ouf !

 

Le Prezz choisit de finir la journée avec ses potes malgré les pénalités…

Bien que nous pointions avec un peu d'avance, les visages se marquent et il y a un peu moins d'enthousiasme au moment de repartir…

 

 

Arrivée dans 1'50

D'autant que le CH5 n'est qu'un panaché de CH1 (ornière) et CH4 (ballast) et qu'il commence par la spéciale 1.

Alors que nous la faisons pour la deuxième fois, la majorité des pilotes est plus lente qu'au premier tour. Notre sport est dur… et il use !

 

Des difficultés non vues au premier tour apparaissent (grimpettes, ornières…).

Dans l'une d'elles, Vincent se plante et voit passer ses copains, trop fatigués pour l'aider. Heureusement deux spectateurs l'attendent armés de sangles…

Pour finir, le passage honni que ce putain de bas-côté : 200 mètres plein de boue monotrace… Pascal s'y couche une fois puis une deuxième. Impossible de ne pas sourire en me rappelant que le même Pascal, expliquait ce matin que les bons pilotes sortaient des ornières monotraces "les pieds devant" !

Nous arrivons néanmoins avec une trentaine de minutes d'avance sur l'horaire.

 

Enfin, on peut se reposer un peu, boire, manger et partager…

Yvon a fait un tour complet, seul à son rythme. Un avion de chasse est évoqué par Pascal

Daniel a réussi à rouler un peu aussi… Raphaël moins, Greg euh…

 

Marc (frustré ?), se fait remarquer en râlant en haut d'une grimpette difficile ou en arrêtant son moteur dans LE bas-côté quand un concurrent lui demande d'aller plus vite !


Conclusion et… résultats

 

 

Ligue sur 48

Scratch sur 261

Vincent

9

81

Christophe

18

129

Jeff

28

196

Olivier

29

197

Pascal

30

204

Marc

32

206

Le Prezz

38

230

 

Pour information, au championnat des Flandres, sur 51 pilotes inscrits :

Vincent prend la 11ème place du scratch et 3ème en E1.

Olivier et Marc sont respectivement 10ème et 15ème en E1 sur 18 pilotes classés.

 

Le Prezz, Jeff et Pascal sont eux 11ème, 13ème et 16ème sur 20 pilotes classés en E3.

 

Lire la suite

Epreuve 2/8 : enduro de Sedan

3 Mai 2009 , Rédigé par Vincent Publié dans #ENDURO : Saison 2009

 


SEDAN 03 Mai 2009

Epreuve 2/8

 

 


L'Arden Moto Passion nous accueille en plein centre ville de SEDAN pour la deuxième épreuve du championnat des Flandres 2009. C'est le 30ème enduro organisé par ce club, dont les schtroumpfs bénévoles et leur beau tee-shirt bleu, feront un travail remarquable tout au long du week-end.

 

La météo est clémente avec un ciel un peu nuageux mais sans aucune précipitation.

Les contrôles administratifs et techniques sont gentillets avec un sonomètre présent mais inutilisé ! Un azimutien, se permet même de faire passer sa moto (à l'éclairage non branché !) avec une plaque d'immatriculation fantaisiste, collée sur le garde-boue et écrite au marqueur rouge… ! Le soir à l'hôtel Olivier Cousin et Jean-François Blondiaux noient dans le vin leur tristesse, que l'évocation des résultats de Condé a suscitée.


Mais Olivier a une botte secrète : il est allé s'entraîner ! Christophe Quandalle, prétextant une sombre histoire de licence et de sable (déjà entendue par CF à Condé ! NDR), s'aligne dans la catégorie midinette (ligue 3). Ne dit-on pas "Mentir comme un arracheur de dents !" ? Le Prezz commence sa tactique d'élimination. Phase 1 : pourrir la nuit de Vincent en ronflant comme une vieille batteuse…

Pascal, nous rejoint au petit-déjeuner et nous annonce que nous ne ferons "qu'un" tour et non un tour et demi… Les 152 kms prévus se décomposent en 5 CH. Ils vont nous balader de SEDAN à BOUTANCOURT, LA MARLIERE, REMILLY-AILLICOURT puis DAIGNY avant le retour au parc fermé. En fin de journée, on ne regrettera pas que le demi-tour ait été neutralisé !

Petit-déjeuner, habillage, bidons aux CH1 et CH4 (merci au RTT et à Christophe).

 

Et c'est parti… enfin presque !

Pascal s'est emmêlé les baguettes, il était prêt à pointer (au départ !) avec 25 minutes d'avance. Il aurait confondu les temps du numéro 157 et ceux de son numéro 257…

 


Des CH… à dose homéopathique, bien sûr

  Le CH1 (1h00-35km) démarre fort sauf pour Vincent qui peine à faire craquer sa 250CREF puis se plante de direction au premier rond-point… Christophe se retrouve avec l'étrier de frein de sa 450EXC bloqué ; il termine le CH sans plaquettes. Ca freine moins bien mais ça ne bloque plus… Le CH étant (trop ?) roulant, tous les ligues 2 pointent avec une quinzaine de minutes d'avance. Pascal juge sa 300TM sautillante et Le Prezz veut revendre sa 300Gas… Christophe en profite pour réparer mais prend quelques pions.

 

 

Le CH2 (1h00-28km) est annoncé serré. Quelques single entre les arbres puis des pistes roulantes et de nouveau de la forêt. Un passage propose une patte d'oie soft/hard : seuls Vincent et Pascal tenteront la montée hard… avant de redescendre…


Ce CH est réellement intéressant mais les temps ont été annoncés courts ! Or c'est avec une dizaine de minutes d'avance que tous arrivent à l'horloge. Peut-être aurait-il été opportun de ne proposer que la zone hard et de délester au cas où…

L'avance est, en tous cas, suffisante pour que Vincent découpe l'ouïe de son radiateur droit, qu'un arbre, traversant hors des clous, a littéralement explosée. Vive les renforts de radiateurs !

 

CH3 (1h05-38km)

Pascal avionne dans les chemins roulants. La 300TM est "physique" et semble d'autant plus efficace que le pilote va vite. Là est peut-être le problème ! Pascal va devoir gagner son(ses) point(s) à la sueur de son front… Ouaih, bof !

 

La SP1 : une prairie gorgée d'ornières

  CH4 (1h00-24km)

Le Prezz semble avoir trouvé le mode d'emploi de la Gas. Assis dans un style inimitable, la 300 virevolte entre les arbres, enchaîne les freinages appuyés et les accélérations progressives. Du beau travail ? Pas aux dires de Pascal qui, avant de caler, rattrape Le Prezz dans la SP1.

Phase 2 : bloquer Pascal afin de terminer "devant"…

 

 

 Cette spéciale est tracée dans une prairie et un bois adjacent. De nombreux appuis ont été creusés par le passage des 200 motos précédentes. L'équipe Azimut y laisse des chronos mémorables : Vincent 6'02, Olivier 6'43, Pascal 6'50, Le Prezz 6'57, Jeff 6'57 et Christophe 7'07. Le meilleur de notre ligue est Stéphane Hocquet en 5'26 !

 

La SP2 : une vraie spéciale typée enduro

La spéciale 2 est… particulière puisqu'il faut y effectuer 2 tours. Une bifurcation permet d'orienter les pilotes vers le second tour ou vers l'arrivée. En théorie, pas de problème… Mais lorsque trois pilotes au coude à coude arrivent dans la dernière ligne droite, on craint le pire. Et si le pilote de droite prenait à gauche pour un deuxième tour alors que celui de gauche s'engageait à droite vers la sortie… Sachant que "Si tu freines tu es un lâche !"…

 

Dans cette superbe SP2 très longue, Olivier est bouchonné deux fois par Le Prezz qui se bloque devant lui…

Phase 3 : prétexter l'absence de rétros…

Jeff (avant d'être arrêté net par un tronc…) a, lui, la délicatesse de laisser passer Vincent, lequel cale… une première fois sur un tronc et une seconde fois en se retrouvant involontairement à l'équerre au bas d'une descente.

Nos résultats sont éloquents puisqu'un pilote Azimut, Christophe, signe le temps extraordinaire de 5'30, quand Vincent aligne 8'28, Pascal 9'01, Olivier 9'13, Le Prezz 9'23 et Jeff 9'41.

Bon, il est quand même essentiel, d'une part de se rappeler qu'en catégorie midinette, la spéciale ne fait qu'un tour… et d'autre part, de mettre nos résultats en relation avec les 7'00 de Stéphane Hocquet

 

Les chemins du CH5 (1h25-21km), qui nous ramènent au parc fermé, sont splendides. Alternance de chemins techniques et roulants dans la forêt. C'est fatigués -mais moins qu'à Condé !- que nous rendons nos transpondeurs.

Tandis que les plaques jaunes (Ligue 1) commencent à arriver, les motos sont sanglées, nous sommes habillés voire parfumé sous les bras pour notre élégant Prezz…, moto lavée pour le méticuleux Pascal.

 

Comme chaque fois, un soupçon d'admiration se dégage vers ces pilotes qui sont partis ce matin alors que nous dégustions notre petit-déjeuner…

 

Conclusion et… résultats

  Les images qui restent sont celles d'un bel enduro, bien organisé et d'un temps sec bien que nuageux !

Les CH sont larges et il n'est pas bienvenu (cela aurait pu être dangereux !) d'annoncer un CH2 serré alors que tous ont pointé largement dans les temps.

Les spéciales (très proches l'une de l'autre) sont belles et physiques avec une préférence marquée pour la deuxième plus technique (nombreux troncs et grimpettes…).

 


43 pilotes de la ligue des Flandres étaient présents ce dimanche avec notamment deux pilotes d'"anciennes" qu'il nous a été agréable de revoir : Jean-Marie Struys, qui, en 250 Sachs Nauder millésime 1980, termine juste devant Vincent et Michel Barez (510 HVA).

 

Nos résultats montrent qu'il ne sert à rien de ralentir les copains mais qu'il s'agirait peut-être un jour de s'entraîner sérieusement…

 

 

 

Ligue sur 43

Scratch sur 189

Vincent

16

90

Pascal

25

127

Olivier

26

130

Le Prezz

28

139

Jeff

29

142

 

Christophe en ligue3 prend 38' de pénalités et termine 90ème juste devant l'avant dernier.

 

Pour information, au championnat des Flandres, sur 51 pilotes inscrits :

Vincent prend la 12ème place du scratch.

Olivier et Marc sont respectivement 10ème et 15ème en E1 sur 18 pilotes classés.

Le Prezz, Jeff et Pascal sont eux 9ème, 12ème et 16ème sur 20 pilotes classés en E3.

 

Lire la suite